Musicaliser une milonga (4) Améliorer la musique enregistrée, prête à être diffusée

Musicaliser une milonga (4) Améliorer la musique enregistrée, prête à être diffusée

Améliorer la musique enregistrée, prête à être diffusée

Vous avez respecté les préconisations ci-dessus, vous êtes donc à la tête d’une encombrante collection de CD audios, ou de fichiers sonores non-compressés. Point satisfaisant, vous avez la musique la plus proche possible de la qualité de diffusion de l’époque.
Cependant, j’ai une autre ambition, essayer de retrouver les sons originaux de l’orchestre. Une contrebasse de 1940 devait avoir un son semblable à une contrebasse d’aujourd’hui…
Cependant, les vieux vinyles coupaient les basses à environ 150 Hertz, voire 300 pour les 45 tours (je ne parle même pas des 78 tours). Malgré les compensations des préamplis RIAA, mêmes ajustées en fonction de l’éditeur du disque, on comprendra très bien que les basses et la dynamique de la musique ont été sacrifiées.
Pour corriger cela, il va falloir « bidouiller » un peu la musique.
ATTENTION, ne jamais faire la modification sur le fichier original, toujours faire une copie. En effet, il est impossible de faire des petites retouches successives car cela détruirait la qualité du fichier. Il faut arriver directement au résultat souhaité. Évidemment, même avec un peu d’expérience, cela ne fonctionne pas toujours du premier coup. Il faut donc impérativement repartir de l’original et ne pas rajouter un petit supplément d’effet s’il a été initialement insuffisant.
Les fonctions les plus utiles sont :

  • Égalisation (permet de travailler la courbe de réponse et en particulier d’activer quelques courbes RIAA si vous avez enregistré un disque à plat).
  • Limitation des clics. Repérez sur le sonogramme les clics du disque et supprimez-les un à un. Sur certains logiciels haut de gamme, une fonction automatique peut être utilisée, mais je la déconseille sur les logiciels d’entrée de gamme type Audacity.
  • Réduction du bruit (sélectionnez une partie « vierge de musique du disque où on entend le gratouillis et cliquez sur le bouton « prendre le profil du bruit ». Sélectionnez ensuite tout le morceau et appliquez la réduction. Le bruit capturé est soustrait du reste de l’enregistrement. Attention, cette manipulation peut donner un son désagréable. En fait, il vaut mieux s’en passer si l’on ne dispose pas d’un logiciel de retouche très avancé permettant d’axer la retouche sur des bandes de fréquence très précises (avec AUdacity, c’est souvent très médiocre…)
  • Amplification (pour unifier les volumes des morceaux afin qu’ils en détonnent pas dans une tanda).
  • À Buenos Aires, les DJ jouent un peu avec le pitch, généralement pour accélérer un peu le tempo. Cela a l’inconvénient de rendre le son plus aigu. Avec un traitement informatique on peut éviter cela (Changer le tempo / Changer la hauteur)…
    Certains CD ont des musiques en vitesses très différente.
    Pour ma part, j’utilise plutôt la variation de musique en direct durant la milonga (avec blocage de la tonalité).
Écoutez le résultat au casque avant de le défaire et de faire un autre essai s’il ne convient pas. S’il convient, exportez votre travail.
En effet, à ce stade, la musique peut être compressée (mini 192kbs, mais 320kbs  de préférence) car vous n’avez plus à la travailler. Cela vous permettra de prendre moins de place sur votre disque de diffusion.
En revanche, il est sans doute intéressant de conserver une version non compressée (FLAC ou Wave) sur un support externe.
© Bernard-Yves Cochain 2008

About Author

DJ Bernardo BYC

DJ de tango argentino

Leave a Reply

Chercher – Buscar – Find

Mots-clefs – Palabras clave – Keywords

Articles – Noticias – News

Archives – Archivos

Connexion